Rapport de synthèse

>

Rapport de synthèse

Contents

Matières

Introduction

L’agriculture joue un rôle crucial dans la vie des gens. Elle est vitale pour tous les humains, quels que soient leur nationalité, leur race, leur sexe, leur origine ethnique, leur religion, etc. Même si les gens dépendent de l’agriculture pour survivre, ils oublient que pour assurer une production végétale et animale suffisante, nous devons veiller à ce que nos modes d’exploitation soient durables et nous permettent de pratiquer l’agriculture à long terme. Dans le même esprit, les  populations doivent veiller à s’adapter aux changements climatiques afin de maintenir la qualité et le nombre de leurs productions.

C’est un fait que les pays européens connaissent un nombre croissant de périodes de sécheresse qui provoquent des pénuries prolongées dans l’approvisionnement en eau. La sécheresse est une caractéristique récurrente du climat européen qui affecte chaque année des fractions considérables de la population européenne. La fréquence et la sévérité des sécheresses météorologiques et hydrologiques ont augmenté dans la plupart des régions d’Europe. Les différents indices de sécheresse s’accordent à dire que l’augmentation est la plus forte dans le sud de l’Europe. Les études disponibles prévoient de nouvelles augmentations de la fréquence, de la durée et de la gravité des sécheresses météorologiques et hydrologiques dans la majeure partie de l’Europe au cours du XXIe siècle, à l’exception de certaines parties de l’Europe du centre-est et du nord-est. L’augmentation la plus importante des conditions de sécheresse est prévue pour le sud de l’Europe, où la concurrence entre les différents utilisateurs d’eau, tels que l’agriculture, l’industrie, le tourisme et les ménages, sera accrue.

L’UE est consciente de l’intensification de la sécheresse et des problèmes socio-économiques qu’elle entraîne, mais les mesures prises sont plutôt de nature réactive que préventive, explique le WWF. De plus, les sécheresses sont souvent aggravées par la surexploitation des terres agricoles et la mauvaise gestion de l’eau des grandes sociétés agricoles. La part principale de l’utilisation de l’eau par an revient à l’agriculture, avec un total de 40%. Selon Eurostat, environ 40 % des terres en Europe sont utilisées à des fins agricoles.

Ce rapport de synthèse est basé sur une comparaison de l’analyse de l’état des lieux nationaux des stratégies d’adaptation actuelles et des systèmes de gestion de l’eau mis en œuvre dans les pays partenaires – en Belgique, en République Tchèque, à Chypre, en Allemagne, en Italie et en Espagne. Ce rapport aborde également les cadres législatifs actuels dans le domaine de la mise en œuvre des systèmes de gestion de l’eau dans le paysage agricole dans les pays mis en œuvre, ainsi que les programmes et les initiatives publiques.

Les principales sources d’information pour ce rapport ont été des recherches documentaires et des entretiens avec des experts en gestion de l’eau, en agriculture, en sécheresse, en initiatives nationales pour l’environnement, etc.

Informations clés sur la sécheresse dans les pays partenaires

Évolution historique de la sécheresse

La sécheresse a toujours été un sujet d’intérêt et a été enregistrée dans les temps anciens. Le suivi a été effectué par diverses méthodes, au cours des derniers siècles selon des données scientifiques, des échantillons d’arbres, et d’autres méthodes.

En Europe, la sécheresse ne touche pas seulement les zones semi-arides comme la région méditerranéenne. Des épisodes de sécheresse prolongée ont également touché à plusieurs reprises l’Europe occidentale et centrale, les îles britanniques, la Scandinavie et l’Europe orientale.

Principaux jalons du changement climatique au cours des 50 dernières années

  • La sécheresse est une caractéristique récurrente du climat européen qui affecte chaque année des fractions considérables de la population de l’UE. Bien que les chiffres exacts et les caractéristiques dépendent de l’indice de sécheresse spécifique utilisé, il est généralement admis que la Méditerranée est un point chaud de la sécheresse (pour une vue d’ensemble des indicateurs et indices de sécheresse, voir une publication récente de l’OMM).
  • Sur la majorité du continent européen, les simulations indiquent des variations statistiquement significatives limitées de la teneur en eau du sol jusqu’au milieu du siècle. Dans le cas d’un réchauffement de 2°C, les régions méditerranéennes connaîtront la plus forte réduction de l’humidité du sol, qui pourrait se produire de manière égale sur toute l’année. En revanche, l’Europe du Nord et de l’Est enregistrent une augmentation future de la disponibilité en eau du sol, qui est surtout plus importante pendant la saison humide. Les modèles projetés de changement dans le risque de sécheresse du sol sont une continuation des tendances d’assèchement et d’humidification observées à travers l’Europe au cours des 50 dernières années : plus de sécheresses dans l’ouest de la région méditerranéenne et moins de sécheresses en Europe centrale et orientale. Par conséquent, les variations futures à travers le continent entraînent une polarisation supplémentaire à la fois de la disponibilité de l’humidité du sol et de la gravité de la sécheresse du sol. Les zones particulièrement préoccupantes sont l’Andalousie, l’Estrémadure et l’Algarve, car les variations de l’humidité du sol seront caractérisées à la fois par une réduction de la moyenne annuelle et une augmentation de l’amplitude annuelle, illustrant des valeurs minimales annuelles plus profondes dans les courbes d’humidité du sol. Dans le climat actuel, ces zones sont déjà caractérisées par des conditions sèches ou semi-arides et sont sujettes à des épisodes de sécheresse.
  • Une augmentation notable de la température de l’air a été observée au début du XXe siècle. L’importance des récentes sécheresses européennes est principalement décrite dans le contexte des conditions hydroclimatiques de la seconde moitié du XXeème siècle. Il est donc possible que les sécheresses européennes récentes soient moins (ou plus) extrêmes que prévu. Les séquences d’années les plus longues avec des épisodes secs chaque année ont été 1778-1784, 1988-1994 et 2003-2009. Pour cette raison, les sécheresses récentes ont fait l’objet d’une attention considérable.
  • Dans le même temps, nous avons récemment observé des épisodes de sécheresse plus longs et plus intenses. Au cours des dernières décennies, nous avons observé des épisodes de sécheresse même les années où la quantité de précipitations annuelles était normale. La raison n’est pas que nous avons moins de précipitations, mais le problème est la température de l’air. La sortie d’eau par évaporation est supérieure à son entrée, ce qui constitue une étape importante du changement climatique. Cette situation a modifié l’équilibre hydrologique et nous arrivons à des valeurs négatives.

Aperçu des périodes sèches dans les pays partenaires depuis le XXe siècle

Périodes sèches en Belgique

1921, 1949, 1976, 1953 et 1956

Périodes sèches en Allemagne

1959, 1976, 2003, 2018

Périodes sèches à Chypre

1990 – 1991, 1996 – 2000, 2006 – 2009,
2012 – 2016

Périodes sèches en Italie

1942 – 1950, 1988 – 1992, 1997 – 2001,
2003, 2007, 2012, 2017

Périodes sèches en République Tchèque

1904, 1911, 1917, 1921, 1947, 1953 (1954),
1959, 1992, 2000, 2003, 2007

Périodes sèches en Espagne

1909 – 1914, 1938 – 1939, 1941 – 1945,
1963 – 1964, 1979 – 1984, 1990 – 1995,
2005 – 2009, 2012 et 2017

Effets du changement climatique sur l'agriculture

Le changement climatique peut être caractérisé, en particulier:
  • Par les changements de température de l’air,
  • Une augmentation de l’évaporation et de l’évapotranspiration,
  • La répartition des précipitations au cours de l’année,
  • l ‘augmentation des précipitations extrêmes,
  • Une réduction des chutes de neige en hiver,
  • Et donc, une réduction de l’approvisionnement en eau dans le sol après l’hiver.

Les effets du changement climatique ont un impact plus important sur l’agriculture. L’augmentation des températures, la diminution des précipitations et leur plus grande irrégularité, l’augmentation de l’évapotranspiration, l’allongement des périodes sèches et très sèches (étés plus longs), la diminution temporaire des réserves d’eau disponibles et la prolifération de nouveaux parasites et autres phénomènes étroitement liés au changement climatique, ils auront des effets négatifs sur l’agriculture et l’élevage dans les années à venir.

En raison de plusieurs facteurs, l’eau présente dans le sol est moins accessible pour de nombreuses cultures pendant la saison de croissance. Par exemple, une autre répartition spatio-temporelle des précipitations, liée à l’humidité du sol ou à une évapotranspiration accrue.

Le développement des précipitations extrêmes – tempêtes et grêle – est un gros problème qui affecte directement l’agriculture (peut être déduit des données des compagnies d’assurance qui versent des indemnités pour les dommages causés par la grêle).

La saison de croissance, sa durée et son début changent. Les maladies et ravageurs invasifs se déplacent vers des altitudes plus élevées et se reproduisent sur plusieurs générations. Ces dernières années, il y a des périodes où même les cultures de la steppe (céréales) sont confrontées à des pénuries d’eau, il ne s’agit donc pas seulement d’une question de culture fruitière.

Principaux problèmes causés par la sécheresse

Historiquement, la sécheresse a provoqué des famines et des mouvements migratoires massifs et a été à l’origine de graves crises économiques, sociales et politiques. En effet, les conséquences de la sécheresse sont considérées comme plus importantes que celles de toute autre catastrophe naturelle. Ils touchent principalement les secteurs de l’agriculture, de la sylviculture, des transports, des loisirs, du tourisme et de l’énergie, et créent toute une série d’impacts sociaux.

Wilhite, (ed.), 2005 énumère les quatre types de sécheresse suivants et leurs conséquences:

Écart négatif des précipitations par rapport à la normale pendant une certaine période de temps. L’air sec associé à une diminution de l’humidité et à une température de l’air plus élevée a un effet négatif sur les humains, la faune et la flore):

  1. Affecte négativement le psychisme des gens pendant une longue période de sécheresse.
  2. La vitalité de la végétation diminue.
  3. Il y a un manque d’eau et de nourriture pour les animaux sauvages.

Sécheresse des sols, manque d’humidité pour les récoltes:

  1. Les revenus sont en baisse.
  2. Les coûts opérationnels des exploitations agricoles sont en hausse.
  3. Il est davantage nécessaire de garantir une quantité suffisante d’eau pour le bétail.

Réduction significative du niveau des cours d’eau, abaissement du niveau des eaux souterraines:

  1. Il y a un manque d’eau pour alimenter la population en eau potable.
  2. Il y a un manque d’eau pour la flore et la faune dans les systèmes fluviaux.
  3. Les parties sèches des cours d’eau sont formées sans eau.
  4. On constate une baisse du niveau des eaux souterraines dans la région.
  5. Il y a une réduction des activités récréatives et sportives.

Effets de la sécheresse sur la qualité de vie:

  1. Les problèmes anthropologiques, qui concernent principalement l’homme lui-même, par exemple, le développement de la population.
  2. Les problèmes sociaux qui se concentrent principalement sur l’interaction d’un homme et de la société, tels que le peuplement dû à la pénurie d’eau.
  3. Problèmes économiques, par exemple, problèmes de localisation de l’industrie, de l’agriculture, des services, du tourisme, des municipalités.
Image n. 1 Tendance de la fréquence des sécheresses météorologiques en Europe de 1950 à 2015

Les problèmes causés par la sécheresse et le changement climatique, en général, sont liés à la vitalité des cultures agricoles et au besoin croissant d’irrigation supplémentaire. Elle comporte de nombreux aspects différents, depuis les sources d’eau d’irrigation, les méthodes d’irrigation appropriées jusqu’à la distribution adéquate et efficace de l’eau.

Il n’y a pas d’utilisation des cultures intermédiaires – aliments pour animaux de faible volume, souvent par crainte que la sécheresse n’entraîne une perte ultérieure des cultures principales. Le problème est, bien entendu, le manque d’eau pour le bétail ou les mauvaises récoltes, lorsque la pluie ne vient pas au moment où elle est le plus nécessaire.

Image n. 2 montre les changements prévus dans la fréquence des sécheresses météorologiques d'ici le milieu du XXIe siècle (2041-2070 par rapport à 1981-2010) pour deux scénarios d'émissions : RCP4.5 (à gauche) et RCP8.5 (à droite). Ces projections montrent une augmentation des sécheresses météorologiques dans la majeure partie de l'Europe, en particulier dans le sud de l'Europe, tandis que des diminutions des sécheresses ne sont prévues que pour des parties limitées de l'Europe du Nord. Les changements sont les plus prononcés pour le scénario à fortes émissions (RCP8.5) et légèrement plus faibles pour le scénario modéré (RCP4.5). Les projections utilisant des indices de sécheresse qui tiennent également compte de l'évapotranspiration potentielle montrent des augmentations sensiblement plus importantes des zones touchées par la sécheresse que celles basées sur le seul IPS basé sur les précipitations, car l'augmentation des températures entraîne une augmentation de l'évapotranspiration.
Image n. 3 montre les projections de déficit extrême en eau des rivières pour les mêmes scénarios d'émissions que ci-dessus. Des sécheresses fluviales de plus en plus graves sont prévues pour la plupart des régions européennes, à l'exception de l'Europe du centre-est et du nord-est. L'augmentation la plus importante du risque de sécheresse est prévue pour l'Europe du Sud, où la concurrence entre les différents utilisateurs d'eau, tels que l'agriculture, les ménages, le tourisme et l'industrie, s'intensifiera, en particulier dans le cadre de scénarios d'émissions élevées.

Effets de la sécheresse sur l'agriculture

L’agriculture ne se limite pas à la culture des champs, mais les effets de la sécheresse se font sentir sur d’autres secteurs connexes, comme la production animale. Ces dernières années, il y a eu une grande pénurie d’aliments pour animaux (fourrage). Les aliments pour animaux sont plus chers, voire inexistants, et il n’y a pas assez d’eau pour les animaux de ferme.

Le changement climatique est en cours et a bien sûr un impact sur l’agriculture et les systèmes agricoles existants. L’agriculture étant basée sur le sol, l’eau et le soleil, les changements de ces facteurs affectent les agriculteurs. Ces trois facteurs évoluent non seulement en moyenne, mais aussi de manière de plus en plus volatile, avec des différences régionales encore plus marquées qu’auparavant.

Image n. 4 Le "mois le plus sec" est le mois où le débit de la rivière est le plus faible chaque année.

Les impacts supplémentaires suivants peuvent être mentionnés:

  • Perte de profit: un impact sérieux sur l’agriculture est principalement la perte de production, des matières premières plus petites et de moindre qualité – récoltes, fruits, tubercules;
  • Augmentation des coûts: en cas de sécheresse prolongée, les coûts de carburant augmentent également en raison de la compaction du sol et de la diminution de son humidité. Dans le même temps, on observe une usure plus rapide des outils de travail lors du labourage;
  • Économie: les contrats conclus pour la fourniture de produits ne doivent pas être exécutés et les producteurs peuvent être sanctionnés;
  • Économie: augmentation des coûts d’assurance de la production;
  • L’économie: augmentation des coûts d’extension de la capacité de stockage du foin, ou coût de l’importation de foin plus cher en provenance de régions plus respectueuses du climat.

Principaux indicateurs, études et statistiques dans les pays partenaires

Observatoires de la sécheresse dans les pays partenaires

Les principaux observatoires de surveillance de la sécheresse sont:

En Belgique, en raison de la multitude de niveaux gouvernementaux, il n’y a pas d’organisation unique qui soit responsable des sécheresses au niveau national, mais cette responsabilité tombe sur les épaules des nombreuses provinces, régions et municipalités du pays. Par conséquent, il existe de nombreux observatoires publics et privés qui étudient les sécheresses, y compris la Commission flamande sur la sécheresse, le Comité de coordination de la politique intégrée de l’eau (CIW), et l’Agence flamande de l’environnement (VMM). Le CIW est responsable de la coordination de la politique intégrée de l’eau au niveau de la Région flamande.

A Chypre il y a deux Départements qui observent la situation des sécheresses : Département du Développement de l’Eau (WDD) et le Département de Météorologie. Le WDD ne « surveille » ou n’ »étudie » pas la situation des sécheresses, c’est-à-dire qu’il n’est pas un « observateur », mais s’occupe de la gestion des effets de la sécheresse. C’est-à-dire qu’il est appelé à gérer les résultats des phénomènes de sécheresse, en termes de gestion et de distribution des ressources en eau disponibles. Ce travail est effectué en utilisant le Plan de Gestion de la Sécheresse (Drought Management Plan) ainsi que d’autres informations pertinentes sur la gestion de l’eau.

En République tchèque se trouve l’Institut hydrométéorologique tchèque, v.v.i. (Czech Hydrometeorological Institute), qui mesure les températures de l’air, les précipitations, l’évaporation et d’autres paramètres météorologiques dans son réseau de stations météorologiques, réparties sur tout le territoire tchèque. Un autre observatoire tchèque est l’Institut de recherche sur le changement global de l’AV ČR, v.v.i. – CzechGlobe, qui est engagé dans la recherche fondamentale sur le changement climatique global en cours.

En Allemagne, l’Agence fédérale pour l’environnement (Umweltbundesamt : UBA) collecte des données sur l’état de l’environnement, étudie les interrelations, établit des prévisions pour l’avenir et utilise ces connaissances pour conseiller le gouvernement fédéral. En outre, l’UBA veille à l’application des lois sur l’environnement. Les tâches de l’UBA sont définies dans la Loi sur la Création d’une Agence Fédérale de l’Environnement. Une autre institution, le Centre Helmholtz pour la recherche environnementale (UFZ) pour le contrôle de la sécheresse, fournit des informations quotidiennes sur les conditions d’humidité du sol en Allemagne. Le service météorologique allemand (DWD) est chargé de répondre aux besoins météorologiques de tous les secteurs économiques et sociaux en Allemagne. Ses tâches sont basées sur un mandat légal d’information et de recherche, la Loi sur le Service Météorologique Allemand.

En Italie existe l’Observatoire de la Sécheresse CNR IBE Climate du Conseil National de Recherche – Institut de Bioéconomie (CNR-IBE). Il fournit des services opérationnels aux décideurs politiques, aux autorités de gestion de l’eau et aux parties prenantes. L’Institut Supérieur pour la Protection de l’Environnement et la Recherche (ISPRA) est un organisme de recherche public italien et soumis à la supervision du Ministère de la transition écologique. Il publie des rapports et des bulletins sur les conditions de sécheresse en Italie. Il y a aussi trois autres organisations qui s’occupent de la sécheresse : River Basin District Authorities, The Reclamation Consortium et Euro-Mediterranean Centre for Climate Change.

En Espagne, il y a l’Observatoire National de la Sécheresse (ONS) dont l’objectif est de réunir toutes les administrations espagnoles compétentes en matière d’eau, afin de constituer un centre de connaissance, d’anticipation et de surveillance des effets de la sécheresse dans le pays et d’atténuer ses conséquences dans les domaines environnemental, social et économique. L’Observatoire dispose d’un Comité d’experts sur la sécheresse, qui évalue la situation de pénurie d’eau et conseille le Ministère sur les actions à entreprendre pour gérer la sécheresse.

Études/rapports périodiques qui analysent la sécheresse

Belgique

Il n’existe pas d’étude ou de rapport périodique qui englobe toute la Belgique. Il y a des études qui ont été faites pour des régions spécifiques.

Chypre

Les Plans de Gestion de la Sécheresse apportent une contribution décisive à une gestion efficace et durable de l’eau et constituent donc une partie intégrante de la Politique de l’Eau. Dans le cas de Chypre, un pays en proie à des sécheresses fréquentes et prolongées, la politique pour aborder et gérer efficacement la sécheresse est la partie la plus importante de la Politique de l’Eau (Département du Développement de l’Eau, indices de sécheresse). Les Plans de Gestion de la Sécheresse visent la quantification et le diagnostic opportun de la sécheresse, ainsi que la gestion efficace et la réduction de ses effets négatifs.

La République tchèque

L’organisation CzechGlobe sur le site web INTERSUCHO traite la plupart des aspects de la sécheresse et du suivi régulier de l’évolution de la sécheresse pendant la saison de croissance au cours d’années individuelles et également en relation avec des années individuelles. Des rapports annuels réguliers, le soi-disant Rapport Bleu, sont disponibles sur le site web du Ministère de l’Agriculture (eAGri), qui contient des données et des informations sur la gestion de l’eau en République Tchèque. Des rapports sont régulièrement publiés sur le site web du ministère de l’environnement – Rapports environnementaux de la République tchèque. Des données sont disponibles sur l’état du climat au cours d’une année donnée, l’occurrence de la sécheresse, le système climatique dans le système mondial ou les émissions de gaz à effet de serre. Des rapports annuels réguliers sont publiés par toutes les institutions publiques de recherche (v.v.i.) et on peut y trouver tous les projets traitant de la sécheresse, les résultats obtenus, et les nouvelles découvertes.

Allemagne

En Allemagne, le centre Helmholtz pour la recherche environnementale (UFZ) pour la surveillance de la sécheresse fournit des informations quotidiennes sur les conditions d’humidité du sol en Allemagne. Il est basé sur des simulations avec le modèle hydrologique à méso-échelle mHM développé à l’UFZ.

Italie

L’Institut Supérieur pour la Protection de l’Environnement et la Recherche publie un bulletin de sécheresse qui fournit des cartes mensuelles actualisées de l’indice SPI, calculées pour des échelles de temps de 3, 6, 12 et 24 mois sur quatre zones : Italie, Europe, bassin méditerranéen et zone EU CADSES. Le calcul de l’indice SPI est basé sur les données de précipitations quotidiennes du projet Reanalysis 1 de NCEP/DOE, qui ne sont disponibles gratuitement que de 1948 à aujourd’hui.

Espagne
  • L’Agence météorologique de l’État (AEMET) prépare depuis 2020 un rapport annuel sur l’état du climat en Espagne. Ce document rassemble des données sur la sécheresse météorologique (précipitations annuelles) et l’indice standardisé de précipitation (SPI) par grands bassins hydrographiques et sur l’humidité du sol par provinces. AEMET dispose également de séries historiques de précipitations annuelles et de températures enregistrées au moins depuis 1961.
  • Le ministère de la transition écologique et du défi démographique (METDC) surveille périodiquement une série de paramètres liés à la sécheresse :
    • L’Observatoire national de la sécheresse publie un rapport mensuel de synthèse et une carte sur la situation de sécheresse prolongée et de pénurie pertinente dans tous les districts hydrographiques intercommunautaires.
    • L’Espace d’information hydrologique publie le Bulletin hydrologique hebdomadaire avec des données provenant des Confédérations hydrographiques, des Administrations hydrauliques intracommunautaires, de l’Agence météorologique de l’État et de Red Eléctrica de España.

Précipitations et températures annuelles en Europe

  • Il n’y a pas de tendance claire dans les précipitations annuelles pour l’Europe, et les valeurs de 2019 étaient proches de la moyenne.
  • Le nombre de jours de précipitations a été jusqu’à 30 fois supérieur à la moyenne dans le nord, l’ouest et le sud, tandis que l’Europe centrale et orientale a enregistré des valeurs inférieures à la moyenne.
  • En hiver, au printemps et en été, les précipitations ont été inférieures à la moyenne dans le sud-ouest. Cependant, de l’automne à décembre, de grandes parties de cette région ont commencé à recevoir des précipitations bien supérieures à la moyenne.
  • L’humidité du sol montre une tendance à la baisse, les valeurs pour 2019 étant les deuxièmes plus basses depuis au moins 1979.
  • La plupart de l’Europe continentale a connu une humidité du sol inférieure à la moyenne tout au long de l’année, en particulier en Europe centrale pendant l’été et dans le sud-est pendant l’automne.

Les précipitations sur l’ensemble de l’Europe ne montrent pas de tendance significative, ni pour les valeurs annuelles ni pour les valeurs saisonnières. Il existe une variation spatiale des tendances à travers l’Europe, bien que cela ne soit pas exploré plus ici.

  • La température moyenne européenne en 2018 a été l’une des trois plus élevées jamais enregistrées.
  • L’été a été le plus chaud jamais enregistré – plus de 1,3°C par rapport à la normale.
  • Toutes les saisons ont été plus chaudes que d’habitude, la fin du printemps, l’été et l’automne ayant tous connu des températures supérieures de plus de 1°C à la moyenne.
  • Les températures maximales ont été élevées à partir du printemps, surtout dans le nord.
  • Les températures minimales ont été très supérieures à la moyenne dans le sud-est.

Les températures sur l’Europe montrent des tendances au réchauffement à long terme depuis 1979 pour les moyennes annuelles et saisonnières, bien que le taux de changement et le moment où une tendance claire émerge diffèrent pour les différentes périodes. La température moyenne annuelle montre que 2019 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée pour l’ensemble de données ERA5, à plus de 1,2°C au-dessus de la moyenne, mais suivie de près par 2014, 2015 et 2018. Selon l’ERA5, 11 des 12 années les plus chaudes en Europe ont eu lieu depuis 2000.

Belgique
  • L’enregistrement historique montre une augmentation lente, mais statistiquement significative et régulière des précipitations annuelles (Brouwers et al., 2015) à un taux de 0,5 mm par an. En 2017, les précipitations annuelles étaient supérieures de 92 mm à celles enregistrées au début des mesures en 1833.
  • Les scénarios climatiques à haute résolution indiquent une dépendance saisonnière: les précipitations hivernales (décembre, janvier et février) devraient augmenter d’environ 18 % d’ici la fin du siècle. En revanche, pour l’été (juin, août), une diminution de 10 % est attendue (De Ridder et al., 2020).
Chypre

La pénurie d’eau à Chypre est déjà aggravée par l’impact du changement climatique. Cet effet a commencé à se faire sentir dès les années 1970, avec une augmentation de la variabilité des précipitations et de la fréquence des sécheresses. L’analyse statistique montre une baisse de 20 % des précipitations annuelles moyennes depuis le début des années 1970, par rapport aux précipitations enregistrées au cours des 100 dernières années. Alors que les précipitations annuelles moyennes sur une période de 30 ans au cours du siècle dernier (1901-30) s’élèvent à 559 mm, elles sont tombées à seulement 463 mm au cours des 30 dernières années (1971-2000). Cette réduction des précipitations s’est accompagnée d’une augmentation parallèle de la température moyenne, avec un impact négatif parallèle sur l’évapotranspiration dans l’agriculture (avec une consommation plus élevée des récoltes).

La République tchèque
  • Les données montrent une augmentation des précipitations moyennes totales en République tchèque depuis 1961.
  • En outre, les différentes périodes n’ont pas évolué de la même manière. Contrairement aux augmentations ultérieures des valeurs, leur état d’équilibre (par exemple, les températures moyennes annuelles) ou même une diminution (par exemple, les températures d’avril) a souvent été observé jusqu’en 1980 environ, voire jusqu’en 1990 (températures moyennes de novembre). Le changement dans les totaux de précipitations s’est probablement produit autour de 1995 – depuis cette année-là, des totaux de précipitations plus élevés se sont produits relativement souvent en dehors de la période hivernale. Ces conclusions sont cohérentes avec la périodisation climatique observée dans certaines stations climatologiques, qui ont été évaluées jusqu’à présent.
Italie

La région méditerranéenne est considérée comme un point chaud pour le changement climatique. Une tendance à l’augmentation des températures a commencé à être observée en Italie depuis les années 80 si l’on considère les moyennes annuelles, mais encore plus si l’on considère uniquement la saison estivale, qui a prolongé sa durée avec une augmentation des vagues de chaleur s’étendant de mai à octobre. L’analyse des tendances historiques des précipitations montre une plus grande variabilité, typique des régions à l’orographie complexe comme l’Italie, mais globalement, aucune tendance significative n’est clairement observée (ISPRA, 2013 ; Toreti et al., 2009).

Espagne
  • Au cours des 50 dernières années, les précipitations annuelles moyennes ont connu une baisse modérée.
  • Comme pour les précipitations, les températures présentent également une répartition très inégale. Les vagues de chaleur et les périodes de froid sont habituelles.
  • Les périodes de sécheresse météorologique sont récurrentes en Espagne en raison de l’irrégularité des précipitations et des températures. Le régime des précipitations est directement influencé par l’oscillation nord-atlantique (variation entre la haute pression de l’anticyclone des Açores et la basse pression de la dépression d’Islande) : de temps à autre, l’anticyclone des Açores bloque le passage des grains vers l’Espagne, qui subit des sécheresses de 3 à 5 ans.

Sécheresse et agriculture

Utilisation de l'eau en agriculture

L’eau joue un rôle crucial dans la production alimentaire et l’agriculture en général. La principale raison de l’utilisation de l’eau dans le secteur agricole est l’irrigation des cultures. Sur la base de la moyenne annuelle, l’agriculture représente 59 % de l’utilisation totale de l’eau en Europe, dont la majeure partie est utilisée dans les bassins méridionaux où les précipitations et l’humidité du sol ne suffisent pas à satisfaire les besoins en eau des cultures et où la production de certains types de cultures ne serait pas possible sans irrigation. L’irrigation est également utilisée pour augmenter le rendement des cultures. En général, les légumes et autres cultures qui génèrent une forte valeur ajoutée brute sont également très exigeants en eau.

Environ 7-8% de la surface agricole totale en Europe est irriguée, atteignant 15% dans le sud de l’Europe (source : Eurostat). Bien que seule une petite partie des terres agricoles soit irriguée, environ 40 à 45 % de l’utilisation totale de l’eau en Europe est allouée à l’irrigation des cultures chaque année. L’irrigation des cultures est particulièrement intensive (80 % de l’utilisation totale de l’eau dans le sud de l’Europe) entre avril et août, lorsque les cultures poussent, que les précipitations diminuent et que l’évapotranspiration augmente.

L’Europe du Sud utilise environ 95 % du volume total d’eau d’irrigation au niveau européen (y compris la Turquie et les Balkans occidentaux).

Le secteur agricole a généré plus de valeur ajoutée brute (20%) en 2017 qu’en 1995. Cependant, il est encore possible d’améliorer l’efficacité de l’irrigation. Dans de nombreux cas, l’eau est prélevée hors du cours d’eau et transportée sur de longues distances, via des canaux ouverts, des fossés ou des canalisations, afin de fournir de l’eau pour l’irrigation. Pendant ce transport, une partie de l’eau est perdue par évaporation ou par des fuites dans les systèmes de transport (ce qui entraîne une diminution de l’efficacité de l’irrigation). Aucune donnée exhaustive n’est disponible pour entreprendre un examen de l’efficacité de l’irrigation en Europe, bien que certaines publications suggèrent que l’efficacité de l’irrigation se situe entre 50 et 70 % (Clemente at al., 2013 ; Baldock et al., 2000 ; Brouwer at al., 1989).

La structure des cultures détermine également la quantité d’eau nécessaire à l’irrigation. Privilégier les types de cultures à plus forte valeur ajoutée brute, mais qui sont aussi plus gourmandes en eau, comme les agrumes et les cultures énergétiques, exerce une pression sur les ressources en eau. Dans les années à venir, on peut s’attendre à une légère augmentation des besoins en eau pour l’irrigation (AEE, 2014a), associée à une diminution des précipitations dans le sud de l’Europe (AEE, 2015b) et à l’allongement de la saison de croissance thermique.

Belgique
Année
1990
1995
2005
Prélèvements d'eau souterraine pour l'agriculture (millions de m³)
10.181
13.761
34.762
Chypre

Le développement massif des ressources en eau non conventionnelles – à savoir le dessalement (avec une capacité installée en 2016 de 80 millions de mètres cubes) et la réutilisation des eaux usées (21 millions de mètres cubes en 2015) – afin de se substituer aux eaux souterraines surexploitées revêt évidemment une importance et un impact cruciaux. Cependant, des mesures supplémentaires sont nécessaires pour contrôler les prélèvements dans les forages privés, qui pour la seule irrigation ont été estimés à 74 millions de mètres cubes (année sans restriction).

La République tchèque
Année
1998
2000
2005
2010
2015
2019
Prélèvements d'eau souterraine pour l'agriculture (millions de m³)
4.55
5.22
11
11.5
14
15.3
Allemagne

Les agriculteurs sont très dépendants des conditions météorologiques dans leur activité. En principe, ce n’est pas un problème, car les fluctuations des rendements dues aux conditions météorologiques s’équilibrent généralement au fil des années. Toutefois, en raison de l’extrême mutation structurelle de l’agriculture, de la mondialisation des marchés et de l’intense guerre des prix qui en découle, de nombreuses exploitations travaillent à la limite de leur rentabilité depuis de nombreuses années.

Italie

Le secteur agricole est responsable de plus de 50% de la consommation totale d’eau (ISTAT, 2019).  En 2016, les 42,9% des exploitations (572 000) étaient équipées d’installations d’irrigation, pour une superficie totale de 4,1 millions d’hectares. Par rapport à 1982, elle a augmenté de 4,2 %. Les 85,8% des exploitations équipées d’installations d’irrigation ont effectivement pratiqué l’irrigation en 2016, pour une superficie totale de 2,5 millions d’hectares. En Italie, les 20,3 % des terres agricoles sont irriguées, soit l’un des pourcentages les plus élevés parmi les pays de l’UE (ISTAT, 2019). En 2010, le volume total d’eau d’irrigation s’élevait à 11,618 millions de m3, soit une moyenne de 4,666 m3 pour chaque hectare irrigué (ISTAT, 2014).

Espagne

Selon l’enquête sur les surfaces cultivées et les rendements du Ministère de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation (MAPA) en 2018, les surfaces irriguées ont atteint 3 774 286 hectares, soit 399 654 de plus que dix ans auparavant. Cette augmentation s’est accompagnée d’une tendance à la baisse de la consommation d’eau. Entre 2008 et 2012, le volume consommé par les agriculteurs avoisinait ou dépassait les 16 000 hectomètres cubes, alors qu’il est désormais inférieur à 15 000 hectomètres, selon les informations de l’Institut national de la statistique. Le ministère de l’agriculture va dans le même sens. En 2002, le secteur agricole représentait 80% du total de l’eau consommée en Espagne. Aujourd’hui, ce chiffre est tombé à environ 65%.

Difficultés et défis pour les agriculteurs (défis généraux)

L’agriculture est le secteur qui sera le plus négativement affecté par le changement climatique. Outre l’augmentation des températures et la diminution des précipitations, un autre impact négatif important est lié aux événements pluvieux qui se produiront avec une intensité accrue, provoquant des dommages directs aux infrastructures et aux cultures et l’érosion des couches de sol les plus fertiles.

La hausse des températures augmentera l’évapotranspiration et, par conséquent, les besoins en eau des cultures, qui, dans de nombreux cas, ne peuvent être satisfaits que par la pratique de l’irrigation.

  • Il est impossible de séparer la pénurie d’eau en général (dans les municipalités et les villes) de la pénurie d’eau dans l’agriculture. L’agriculteur doit réussir à retenir l’eau dans le paysage, personne d’autre que les forestiers ne peuvent le faire. La gestion de l’eau doit donc être apprise et mise en œuvre.
  • En raison de l’augmentation de l’évaporation et de l’écoulement superficiel et souterrain de l’eau lors de fortes précipitations, il y a souvent une longue période d’assèchement des cours d’eau et des rivières, la mort des poissons, etc.
  • Le secteur agricole doit améliorer les processus de commercialisation des produits, la défense compétitive des prix, la réduction des coûts de production avec une plus grande mécanisation du secteur et surtout améliorer la qualité et la différenciation des produits pour que le consommateur apprécie leurs caractéristiques.
  • Il est nécessaire d’accroître les connaissances techniques et de renforcer le professionnalisme des agriculteurs afin de rendre les exploitations et les coopératives plus compétitives. Beaucoup n’acquièrent pas ce profil professionnel car leur revenu ne dépend pas exclusivement de la production agricole.
  • L’âge moyen élevé des agriculteurs limite le changement, et il existe un conservatisme excessif. Les processus de succession doivent être définis pour faciliter le relais générationnel, en offrant des opportunités aux jeunes agriculteurs.
  • L’agriculture doit répondre à la demande des consommateurs pour des produits plus sains, en maintenant des formes de gestion et de manipulation qui respectent l’environnement et le paysage.
  • L’avenir des campagnes sera lié au changement climatique, il est donc important d’adapter les exploitations agricoles aux contraintes futures. En Espagne, l’amélioration des systèmes d’irrigation sera fondamentale, avec d’importants besoins de financement.
  • Le secteur agricole commence à subir une révolution, le niveau de complexité à l’avenir va être très élevé, un changement de mentalité est donc nécessaire. Il sera nécessaire d’augmenter le profil professionnel avec plus de formation, le développement de nouvelles compétences, mais en permettant des conseils sur les aspects techniques, bureaucratiques et financiers.
  • La durabilité de l’agriculture et du monde rural tel que nous le connaissons aujourd’hui dépendra de la manière dont ces défis seront relevés.

Soutien public dans les pays partenaires

Ministères axés sur le problème de la sécheresse dans les pays partenaires

Pays
Belgique
  • Ministère de l’Environnement
  • Ministère de l’Agriculture et de la Pêche 
Chypre
  • Ministère de l’Agriculture, du Développement Rural et de l’Élevage
La République tchèque
  • Ministère de l’Agriculture
  • Ministère de l’Environnement
Allemagne
  • Ministère Fédéral de l’Environnement
  • Ministère Fédéral de la Nutrition et de l’Agriculture, du Développement Rural et de l’Agriculture
Italie
  • Le Ministère de la Transition Écologique
  • Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Politiques des Forêts

Programmes ou initiatives mis en œuvre par les ministères dans les pays partenaires

Pays
Programme/Programmes
Belgique
Blue Deal est une initiative du gouvernement flamand et des ministères flamands.
Chypre
Programme de Développement Rural 2014-2020
La République tchèque
  • Ministère de l’Agriculture, Programme de subventions 129 420 « Aide à l’achat et à la consolidation des infrastructures d’approvisionnement en eau et d’assainissement »;
  • Ministère de l’Agriculture, Programme de subventions 129 390 « Soutien aux mesures concernant les petits cours d’eau et les petits réservoirs d’eau – 2e étape »;
  • O Ministère de l’Environnement, Défi aux municipalités : « Préparez des projets contre la sécheresse ».
Allemagne

Comme l’eau/l’irrigation est réglementée au niveau des Länder, les subventions pour les aides publiques directement liées à l’eau/la gestion de l’eau sont davantage basées sur le niveau des Länder. Fin 2020, en Bavière, le programme de financement du ministère de l’environnement pour les concepts innovants d’irrigation à grande échelle et respectueux de l’environnement dans l’agriculture entrait dans la phase suivante : le processus de candidature à l’échelle de la Bavière pour un maximum de trois projets pilotes, dont la mise en œuvre sera soutenue financièrement par le ministère.

Italie
Fonds européen agricole pour le développement rural (FEASR)
Espagne
  • Le Plan National d’Adaptation au Changement Climatique (PNACC) 2021-2030
  • Le Système de Gouvernance de l’Eau en Espagne
  • Le Livre Vert sur la Gouvernance de l’Eau
  • Le Plan Hydrologique National
  • Les Plans Spéciaux des Sécheresse
  • Le Programme d’Action National de Lutte Contre la Désertification (PAND)

Soutien ou subvention disponible pour les agriculteurs ayant une bonne gestion de l’eau

Dans certains pays du partenariat, des programmes sont déjà en place pour soutenir les projets et les initiatives axés sur la bonne gestion de l’eau. Mais nous pouvons dire que ces programmes sont assez inhabituels et nous espérons qu’à l’avenir, nous verrons davantage de ce type de programmes « motivants ».

Belgique

La Vlaamse Landmaatschappij (VLM) a un programme appelé « Beheersovereenkomsten« , qui est principalement consacré à la qualité de l’eau et à la conservation de la nature. En plus de cela, il existe également un projet qui accorde une compensation financière pour les mesures prises par les agriculteurs pour garder l’eau sur leurs terres par l’arrimage, mais il n’est pas largement utilisé.

Chypre

Les Bonnes Conditions Agricoles et Environnementales sont un ensemble de mesures relevant de la conditionnalité du PDR, grâce auxquelles les agriculteurs reçoivent des paiements directs s’ils respectent ces conditions.

La République tchèque
  • Dans la lutte contre la sécheresse, il n’y a pas que les subventions qui aident, mais aussi le soutien à de nouveaux procédés agrotechnologiques ou anti-érosion qui aident à lutter contre la sécheresse, comme l’Appel à projets pour les activités des Fermes de Démonstration en 2021.
  • Au cours des 10-15 dernières années, un programme de soutien à la reconstruction ou à la revitalisation des systèmes de drainage existait, mais n’était pas beaucoup utilisé. À cette époque (avant 2015), le besoin n’était pas encore perçu comme fondamental par les agriculteurs ou les gestionnaires de l’eau, à l’exception de certaines localités (par exemple, la Moravie du Sud) ; même si les experts l’ont signalé au moins 10 ans avant que le problème ne se pose.
Italie
  • Les gouvernements nationaux et régionaux ont investi pour encourager l’utilisation de pratiques d’irrigation à haute pression plus avancées et plus efficaces parmi les agriculteurs, et pour améliorer les infrastructures permettant d’acheminer l’eau à la ferme pour l’irrigation, en renforçant le rôle des consortiums d’irrigation.
  • Les agriculteurs peuvent accéder à des Fonds Spéciaux de Solidarité et de Relance mis à disposition par le ministère de l’agriculture, afin de les rétablir économiquement après la survenue d’événements extrêmes tels que les inondations, les tempêtes de grêle et les sécheresses.
  • Les RSP sont divisés en plusieurs mesures ; certaines d’entre elles ont un impact direct sur la gestion de l’eau. La mesure 2 concerne les services de conseil ; la mesure 4 les investissements dans les infrastructures ; la mesure 5 la prévention des événements catastrophiques et la restauration des pertes ; la mesure 12 les compensations pour les zones protégées. De plus, la mesure 10 consiste en des paiements agro-climatiques-environnementaux.
Espagne
  • Les aides directes sont divisées en deux composantes : « paiement de base » et « verdissement », qui vise à récompenser le respect des bonnes pratiques environnementales en matière de pâturages, de rotations et de zones d’intérêt écologique.
  • Il existe des programmes d’aide dans le cadre national, régional et provincial pour les Communautés d’Irrigation légalement constituées. Ces aides sont liées aux travaux et installations de réforme ou de grosses réparations, y compris les machines, les frais de rédaction de projet, la gestion de projet et le conseil.

Législation, contexte

Une vue d’ensemble des actes juridiques et des règlements les plus importants concernant la gestion de l’eau ainsi que des stratégies nationales dans les pays partenaires est présentée ci-dessous. Nous pouvons conclure que la majorité des pays partenaires ont déjà mis en œuvre des stratégies visant à maintenir l’eau dans le paysage et que ces stratégies constituent le point de départ des étapes suivantes.

Belgique

La nature fortement fragmentée de la sphère politique belge a donné lieu à un réseau complexe, interconnecté et dynamique de politiques et de législations. Pour cette raison, il n’y a pas une seule politique/législation qui s’occupe de la sécheresse et de la gestion de l’eau. Chaque niveau juridictionnel met en œuvre des politiques basées sur leur propre discrétion et leurs propres intérêts.

Stratégie nationale d’adaptation

La stratégie nationale d’adaptation a été adoptée par la Commission nationale du climat en décembre 2010. Elle décrit les principaux impacts du changement climatique en Belgique et les mesures d’adaptation existantes. Elle poursuit 3 objectifs principaux :

  • améliorer la cohérence entre les activités d’adaptation existant en Belgique ;
  • améliorer la communication aux niveaux national, européen et international ;
  • élaborer un plan national d’adaptation.

Plan d’adaptation national

Pour ce faire, la Stratégie fixe un plan de route pour l’élaboration de ce plan national pour la fin de l’année 2012. L’ensemble des informations nécessaires à son élaboration (analyses d’impact, projets de plans d’adaptation régionaux et fédéraux ) n’étant pas disponibles en 2012, sa finalisation a été reportée, ce qui a également permis de mieux prendre en compte la Stratégie européenne d’adaptation.

Le Plan national d’adaptation, élaboré par le groupe de travail  » adaptation  » de la Commission Nationale du Climat, a été adopté le 19 avril 2017 par la Commission Nationale du Climat.

Conformément à la décision de la Commission nationale du climat du 27 juin 2013, ce plan vise à :

  • fournir des informations claires et synthétiques sur les politiques d’adaptation et leur mise en œuvre en Belgique ;
  • identifier des mesures d’envergure nationale pour renforcer la coopération et développer des synergies entre les différents gouvernements (fédéral, régions) en matière d’adaptation ;
  • une évaluation finale a été réalisée en 2020, qui a confirmé la tendance positive : deux mesures ont été abandonnées (mais l’une d’elles devrait être lancée en 2021) ; toutes les autres ont été lancées (parfois avec un léger retard). Seule une mesure qui avait bien progressé lors de l’évaluation à mi-parcours a dû être arrêtée en raison, notamment, de la crise sanitaire.

Chypre

La législation relative à la gestion de l’eau est assez large à Chypre:

  • La loi 71(I)/2010 sur la gestion intégrée de l’eau et les règlements pertinents. Loi nationale.
  • La loi 13(I)/2004 sur la protection et la gestion des eaux et les règlements pertinents. La directive-cadre sur l’eau 2000/60/CE de l’UE et la législation nationale.
  • La loi sur la qualité de l’eau destinée à la consommation humaine (surveillance et contrôle). Directive européenne sur l’eau potable 2015/1787/CE et droit national.
  • Législation sur les économies d’eau. Loi nationale.
  • Législation pour le fonctionnement des organismes d’approvisionnement en eau (offices des eaux, municipalités et communautés).
  • Loi sur les divisions d’irrigation et les associations d’irrigation. Loi nationale.
  • Législation sur l’évaluation et la gestion des risques d’inondation. La directive européenne sur les inondations 2007/60/CE.
  • Législation sur le contrôle de la pollution de l’eau et du sol. Directives européennes et droit national pertinents.

Les Plans de Gestion de la Sécheresse visent la quantification et le diagnostic opportun de la sécheresse ainsi que la gestion efficace et la réduction de ses effets négatifs. La quantification de la sécheresse concerne :

  • son « empreinte » sur les séries chronologiques des précipitations et du ruissellement,
  • son intensité, et
  • sa durée.

La République tchèque

Contexte législatif en République tchèque concernant l’eau:

  • En 2020 un amendement à la loi sur l’eau n ° 254/2001 Coll. a été finalement approuvé , qui permet aux autorités une plus grande réglementation de la consommation d’eau en période de sécheresse.
  • Le système de gestion opérationnelle pendant une sécheresse a été mis en place de façon similaire à ce qu’il est actuellement dans les situations d’inondation. La nouvelle partie de la loi sur l’eau, Titre X, intitulée « Gestion de la sécheresse et de la rareté de l’eau », paragraphes 87a) à 87m), définit le cadre de la surveillance de la sécheresse, les responsabilités des autorités compétentes, la prise de mesures pour gérer la sécheresse et la rareté de l’eau, et les mécanismes de contrôle.

En 2015, le gouvernement a adopté le soi-disant Plan d’Action National avec des Mesures de Lutte Contre la Sécheresse et d’Adaptation. Ce document semble être passé d’une liste générale à des sujets, étapes et activités plus spécifiques. Le sujet est interministériel, des dizaines d’experts et d’institutions commentent la question et soumettent des propositions, les activités avancent donc au rythme que l’on peut attendre en République tchèque.

Allemagne

En Allemagne, les actes législatifs les plus importants sont:

  • La  » loi sur la prévention et le contrôle des maladies infectieuses chez l’homme″ – la loi sur la protection contre les infections (Infektionsschutzgesetz : IfSG) en abrégé – constitue la base juridique pour garantir et contrôler la qualité de l’eau potable.
  • La qualité de l’eau potable est définie en termes de santé humaine (article 37(1) IfSG) : « L’eau destinée à la consommation humaine doit être d’une qualité telle que sa consommation ou son utilisation ne soit pas susceptible de nuire à la santé humaine, notamment par des agents pathogènes. »

Il n’existe pas de stratégie nationale spécifique en Allemagne, mais elle est plus ou moins présente dans le suivi des rapports annuels sur la protection du climat.

Italie

Les actes législatifs les plus importants régissant l’eau sont les suivants :

  • Directive cadre sur l’eau Dir. 2000/60 / CE : L’art. 1 de la Directive 2000/60 / CE demande aux Etats membres de faciliter une utilisation durable de l’eau basée sur la protection à long terme des ressources en eau disponibles.
  • Le flux environnemental pour assurer le maintien des services écosystémiques est considéré par la L. 221/2015 (Art. 70, f), qui promeut le paiement des services écosystémiques pour les agriculteurs, afin de respecter les objectifs de la Dir. 2000/60/CE citée et des Dir.  » Habitat  » 92/43/CEE et Dir.  » Oiseaux  » 2009/147/CE.

Malheureusement, on peut affirmer que la gestion de la sécheresse en Italie a été basée principalement sur l’urgence plutôt que sur la prévention. Un des premiers instruments législatifs a été le DPCM n. 4 mars 1996, suivi par le Document que le Premier Ministre Romano Prodi a distribué le 13 mars 2007, afin d’aborder la question de la sécheresse en Italie et d’adopter des mesures subséquentes. Une autre étape importante a été l’établissement d’un Comité National pour lutter contre la sécheresse et la désertification, encouragé par le Ministère de l’Environnement en 1999 sous les auspices de l’UNCCD, avec des Plans d’Action relatifs. Deux autres documents importants sont la Communication de la Commission au Parlement européen et au Conseil du 18 juillet 2007 et la résolution du Parlement européen du 9 octobre 2008 sur le défi de la pénurie d’eau et de la sécheresse dans l’UE. Récemment, le Ministère de l’Agriculture a participé à un programme international lancé par la FAO, le programme WASAG, visant à traiter la question de la pénurie d’eau dans l’agriculture.

Le Ministère de l’Environnement, de la Protection des Terres et des Mers (MATTM) a lancé deux initiatives pour lutter contre la sécheresse :

  • Stratégie nationale d’adaptation au changement climatique (2014).
  • Plan national d’adaptation au changement climatique (2018)

Le Ministère des Politiques Agricoles, Alimentaires et Forestières (MIPAAF) a annoncé en (2020) la mise en œuvre d’une stratégie nationale d’économie d’eau et d’instabilité hydrogéologique. 

Le Ministère des Infrastructures et des Transports (MIT) a adopté en 2019 le plan national d’interventions dans le secteur de l’eau –  » Réservoirs « .

Espagne

L’Espagne a été un pionnier en matière de réglementation de l’eau (Loi sur l’Eau de 1879, Confédérations Hydrographiques de 1926).

La principale législation actuelle sur l’eau en Espagne:

  • Texte Consolidé de la Loi sur l’Eau, approuvé par le Décret-Loi Royal 1/2001 (loi de base pour les eaux de surface et les eaux souterraines).
  • Loi 10/2001, Plan Hydrologique National : elle établit les bases pour la gestion planifiée des sécheresses et l’élaboration de plans d’action spéciaux pour les situations d’alerte et de sécheresse (art. 27.2) et prévoit des plans d’urgence pour l’approvisionnement en eau urbaine des populations de +20.000 habitants en cas de sécheresse (art. 27.3).
  • Arrêté MAM/698/2007 (plans d’action spéciaux en cas d’alerte et de sécheresse éventuelle dans les bassins intercommunautaires).
  • Arrêté TEC/1399/2018 (révision des plans spéciaux de 2007).
  • Règles spécifiques à certaines confédérations hydrographiques pour lutter contre les sécheresses.

Les plans et programmes nationaux relatifs au changement climatique et à la sécheresse développent plusieurs fonctionnalités. Elles vont de la sphère consultative pour l’évaluation et la planification à l’existence de plans cadres nationaux.

  1. Le Plan National d’Adaptation au Changement Climatique (PNACC) 2021-2030
  2. Le Système de Gouvernance de l’Eau en Espagne
  3. Le Livre Vert sur la Gouvernance de l’Eau
  4. Le Plan Hydrologique National
  5. Les Plans Spéciaux Sécheresse
  6. Le Programme d’Action National de Lutte Contre la Désertification (PAND)

Éducation, formation

Besoins de formation pour une meilleure gestion de l’eau

Chacun des pays partenaires diffère grandement dans le niveau des programmes de gestion de l’eau proposés. Certains des pays partenaires offrent déjà un système de programmes et de sujets traitant de cette question, tandis que d’autres pays en sont au début et n’incluent pas la gestion de l’eau dans leurs programmes d’études. D’autres pays sont au début et nous n’avons pas pu trouver les questions de gestion de l’eau dans le programme d’études.

Belgique

Il n’existe pas de cours de formation ou de programmes d’enseignement officiels dans le domaine de la gestion de l’eau. Ils peuvent faire partie des cours universitaires.

Chypre

  • Le département du développement de l’eau, en collaboration avec le ministère de l’éducation et de la culture, a lancé en 2007 une campagne d’information sur la question de l’eau à Chypre, sur une base planifiée. L’objectif est de développer une conscience de l’eau dès le plus jeune âge.
  • Le ministère de l’éducation et de la culture a inclus l’éducation environnementale sur le développement durable dans le programme scolaire, qui fait partie d’une unité spéciale sur l’eau dans l’enseignement élémentaire. Voici quelques exemples d’événements/activités en rapport avec l’eau :
    • La Journée Mondiale de l’Eau (WWD)
    • Excursions éducatives dans les barrages avec les écoles primaires
    • Le WDD, en collaboration avec la Fondation de l’Orchestre symphonique de Chypre, a organisé un concert inspiré par l’eau, en utilisant des sons provenant de véritables gouttes, ainsi que des instruments de percussion joués dans l’eau. Les représentations spéciales ont eu lieu à Nicosie, Limassol et Paphos.
    • Des conférences dans des écoles (jardins d’enfants, écoles primaires, gymnases, lycées et l’école chypriote de guides) et des festivals (Festival Écologique Annuel de Lakatamia). En outre, le WDD a participé à des expositions et autres événements organisés.

En dehors de ce qui précède, le Département de l’Agriculture (DoA) et d’autres départements du Ministère de l’Agriculture, du Développement Rural et de l’Environnement organisent des conférences éducatives pour les agriculteurs, liées à la gestion de l’eau et aux économies d’eau. Un exemple est la participation des agriculteurs aux programmes 6.1 « Soutien à la première installation de jeunes agriculteurs » et 4.1 « Investissements qui améliorent la performance globale et la viabilité des exploitations » du programme de développement rural 2014-2020. Le DoA est obligé de former les agriculteurs qui ont été approuvés dans ces schémas.

La République tchèque

  • Un système sophistiqué d’éducation des agriculteurs en matière de gestion de l’eau est manquant. Après 40 ans de totalitarisme et 30 ans de « capitalisme subventionné », les agriculteurs sont habitués à ne pas avoir à se soucier de la gestion de l’eau.
  • Auparavant, deux organismes d’État opéraient dans ce domaine : L’administration d’État chargée de l’amélioration des terres et l’administration chargée de la gestion des eaux agricoles, mais toutes deux ont été supprimées sans compensation.
  • Après 70 ans de « dirigisme étatique » dans l’organisation, la construction et l’entretien des ouvrages et des mesures hydrauliques, les agriculteurs ne savent pas grand-chose du régime hydrique du paysage et ne s’y intéressent pas, tant que la production agricole et le profit ne sont pas menacés.
  • L' »instabilité météorologique » de la République tchèque y contribue également, lorsque des inondations et des périodes de sécheresse plus ou moins longues surviennent au cours de l’année et des décennies.
  • Les formations et les cours sont organisés (de manière non systématique) par de nombreuses organisations :
    • Bassin de la Rivière Vltava, entreprise d’État – protection des ressources en eau, réduction de l’écoulement de surface dans le bassin versant du réservoir d’eau de Švihov sure Želivce;
    • Institut de Recherche sur la Bonification des Terres – modernisation des systèmes d’évacuation des eaux et régulation du ruissellement;
    • Institut de Recherche et de Sélection des Cultures Fruitières Holovousy s.r.o. – atelier sur la question de la sécheresse chez les arbres fruitiers;
    • Des cours de construction de zones humides sont également organisés par de nombreuses organisations à but non lucratif, soutenues par diverses sources de subventions.
  • Au lieu de soutenir l’initiative des agriculteurs d’adresser de manière intensive et systématique à l’optimisation du régime hydrique du paysage et aux questions de gestion de l’eau sur les terres de manière plus indépendante, l’État a décidé de soutenir la « dépendance des agriculteurs » à l’égard de l’État et de renforcer le rôle de l’Office Foncier de l’État dans le domaine des aménagements paysagers complexes, où cet office veut faire face à la sécheresse agronomique et hydrologique.
  • L’administration de l’État n’a pas non plus soutenu le changement de législation concernant la création de conditions pour le fonctionnement des « Coopératives de l’Eau » – libérant l’initiative des propriétaires fonciers et des utilisateurs des terres pour traiter la sécheresse, le sol et la protection de l’eau, car en République tchèque la superficie moyenne est de 0,39 ha, il est donc difficile de planifier et de mettre en œuvre quoi que ce soit.

Allemagne

  • L’eau est un thème abordé dans le cadre de la formation en alternance et de la formation continue. Elle est traitée d’un point de vue technico-opérationnel, ainsi que d’un point de vue économique en ce qui concerne les calculs d’investissement.
  • Le « Forum Bavarois de l’Irrigation » est une plateforme d’information complète sur l’irrigation efficace et respectueuse de l’environnement dans l’agriculture, l’horticulture et la viticulture.
  • Le projet fait partie du « Plan d’Action pour l’Irrigation » du gouvernement de l’État de Bavière et est financé à parts égales par le ministère de l’agriculture et le ministère de l’environnement.
  • L’objectif est d’optimiser l’irrigation dans l’agriculture sur une base techniquement solide et de manière équilibrée. Dans le même temps, une attention particulière est accordée à la compatibilité environnementale et sociale.
  • Le Réseau Irrigation de l’ALB Bavière est un réseau neutre d’experts, de concepts et de contenus orientés vers la pratique agricole avec des aides concrètes à la décision pour une collecte de l’eau respectueuse de l’environnement et une irrigation efficace, à faibles pertes et adaptée aux besoins des plantes.

Italie

  • L’enseignement et la formation au niveau de l’enseignement supérieur sont assurés par toutes les universités italiennes. À ce niveau, des cours spécifiques sur la gestion de l’eau, la gestion de l’eau en agriculture, l’hydraulique agricole et l’irrigation sont présents dans tous les cours de sciences agricoles, de foresterie, mais aussi d’ingénierie civile et environnementale, et sont obligatoires pour la qualification de chaque cours BSc/MSc dans la Réglementation Académique I
  • Outre les universités, la formation spécifique des professionnels est également assurée par les fédérations nationales d’agriculteurs, comme la CIA – Conferderazione Italiana Agricoltori et la Coldiretti, souvent par le biais d’agences de formation spécifiques (comme le réseau d’agences CIPA-AT hébergé par la CIA).
  • Enfin, une formation spécifique sur l’irrigation et la gestion des ressources en eau est dispensée au sein des Instituts Techniques Agricoles I
  • Certaines entités impliquées dans le secteur de l’éducation des agriculteurs :
    • CIA Confédération Italienne des A Lorganisation dispose d’un établissement de formation interne qui organise des programmes d’éducation permanente pour les agriculteurs. Environ 1 400 000 est le nombre de personnes qui font appel aux services offerts par Cia-Agricoltori Italiani au cours de l’année, grâce aux conseils et à l’assistance de ses professionnels.
    • Le CIPA-AT Grosseto est le secteur de la CIA Grosseto qui offre des services de formation professionnelle, il développe et gère des projets pour la valorisation du territoire et pour les entreprises de la Maremme toscane.

Espagne

  • L’offre de formation vise à développer les aspects techniques de l’utilisation et de la gestion de l’eau. Cette formation doit être complétée par des plans de sensibilisation à la responsabilité que les agriculteurs doivent exercer sur l’eau, afin de tendre progressivement vers une utilisation plus efficace de celle-ci.
  • La formation doit combiner un caractère technique et de bonnes pratiques. Voici quelques besoins et sujets de formation pour une utilisation plus efficace de l’eau :
    1. Connaissances générales sur l’eau dans la nature,
    2. Pénurie d’eau. Prise de conscience du problème,
    3. Législation. Utilisation légale de l’eau,
    4. Utilisation durable de l’eau par les cultures :
      1. Bilans hydriques des sols,
      2. Détermination des besoins des récoltes,
      3. Efficacité de l’irrigation,
    5. Qualité de l’eau d’irrigation :
      1. Paramètres,
      2. Influence des systèmes d’irrigation, du sol et des récoltes,
    6. Technologies et gestion de l’irrigation
      1. Agriculture de précision (capteurs),
      2. Types d’irrigation (infrastructure et automatisation),
      3. Stratégies de gestion,
    7. Approvisionnement en engrais et en produits chimiques par l’irrigation,
    8. Caractéristiques de l’irrigation,
    9. Stratégies d’irrigation des cultures : oliviers, agrumes, betteraves à sucre, coton, riz, arbres fruitiers, céréales, cultures fourragères, etc.
    10. Irrigation par déficit contrôlé (RDC).

Études/recherches actuelles et/ou revues académiques

Belgique

En raison des juridictions fortement divisées et fragmentées de la Belgique, il n’existe pas d’études spécifiques au niveau national qui examinent les effets des sécheresses dans l’ensemble du pays. Cependant, aux niveaux provincial, régional et municipal, il existe des études qui examinent les sécheresses. En effet, la région Flandre est en train de développer un tel plan, de même que la province de Limbourg a déjà produit une étude spécifique à la sécheresse pour sa région. (Meuris, 2020)

Ces études sont soit réalisées par l’organe juridictionnel (municipalité, province ou région) au nom d’instituts, soit par des entreprises privées afin de permettre une action politique plus précise. En effet, les entreprises de distribution d’eau et de traitement des eaux usées réalisent leurs propres études sur la gestion de l’eau et la façon dont elle est affectée par les sécheresses passées, actuelles et futures.

En outre, les ministères fédéraux en Belgique travaillent également sur cette question, notamment le Ministère de l’Environnement, qui publie son rapport annuel sur l’environnement, dont le contenu lié à la sécheresse et à la gestion de l’eau est en augmentation.

Enfin, il existe de multiples ONG qui travaillent également aux côtés de ces organismes gouvernementaux sur des études liées à la sécheresse, soit en recevant une aide financière, soit en travaillant aux côtés d’experts gouvernementaux. (Meuris, 2020)

Chypre

Les travaux de recherche de la section Ressources Naturelles et Environnement de l’ARI (section Ressources naturelles et environnement, n.d.) ont porté, au fil du temps, sur l’irrigation et la fertilisation des cultures, la fertilité des sols, l’application des nouvelles technologies dans les serres, l’utilisation des eaux usées traitées pour l’irrigation et l’utilisation des énergies renouvelables en agriculture. Les méthodes et techniques qui ont déjà été promues auprès des agriculteurs dans le domaine de l’irrigation/fertilisation sont les plus largement appliquées. Les résultats de l’irrigation limitée sont particulièrement utiles en période de sécheresse, lorsque l’irrigation doit être restreinte. Il convient de noter que les données de recherche à long terme de la section ont permis l’acceptation de la réutilisation des eaux usées traitées pour l’irrigation, tout en constituant la base du cadre législatif.

Une partie importante des travaux de recherche est réalisée dans le cadre de programmes compétitifs (partenaires ou chefs de file) de diverses agences de financement, telles que l’Union Européenne et la Fondation pour la Recherche et l’Innovation de Chypre.

L’ARI a développé un outil en ligne pour le calcul des besoins mensuels en eau (m3/déclare) par lieu et par culture à Chypre (section Ressources Naturelles et Environnement, n.d.). L’outil en libre accès de l’ARI facilite l’utilisation durable de l’eau par les agriculteurs en prenant des décisions judicieuses sur la programmation de l’irrigation. Dans ce sens, le stress de la sécheresse et la réduction de la productivité des cultures, impacts des changements climatiques sur les cultures étudiées, peuvent être atténués.

La République tchèque

Des projets de recherche résolus portant sur la question de la sécheresse peuvent être trouvés sur le site web spécialisé après avoir saisi le mot clé « drought ». Sur la liste, nous pouvons trouver 86 projets soutenus traitant de la question de l’eau, de la gestion de l’eau et de la sécheresse. Voici une sélection de projets intéressants :

  • Intersucho – lancé en 2012 (avant la plus grande période de sécheresse en République tchèque dans un passé proche depuis 2015).
  • RainPRAGUE – propose un système de mesures interconnectées dans le paysage et les zones bâties.
  • Eau – Sécheresse – rétention d’eau dans le paysage.
  • La sécheresse au sein du paysage – stratégies de protection contre les effets négatifs de la sécheresse en République Tchèque.
  • XEROS : Extreme European Drought – une synthèse multi-modèles des événements passés, présents et futurs.
  • Stories of Drought – un projet de recherche de l’Université Charles est un projet multidisciplinaire combinant les sciences naturelles et sociales (anthropologie, sociologie, écologie du paysage, bioclimatologie, géographie), – qui vise à comprendre comment la société tchèque répond aux changements de l’environnement naturel dus à la sécheresse.
  • SIM4NEXUS : Restauration des paysages pour atténuer le changement climatique et s’y adapter – ce projet vise à évaluer les effets à long terme sur la société de l’utilisation des ressources et des politiques en République tchèque, en Slovaquie et en Allemagne orientale.
  • Smart Regions – Modélisation de l’information sur les bâtiments et les établissements, technologie et infrastructure pour le développement durable. L’objectif principal du projet est d’établir et d’exploiter un centre de compétences pour la solution Smart Regions, qui sera en mesure de créer efficacement un système d’information pour la prise de décision stratégique, de définir le potentiel énergétique de la région.

Allemagne

Six organisations issues de la recherche climatique et de la communication scientifique sur le climat – le Consortium Climatique Allemand, la Société Météorologique Allemande, le Service Météorologique Allemand, le Congrès sur les Phénomènes Météorologiques Extrêmes de Hambourg, l’Initiative Helmholtz pour le Climat et klimafakten.de – ont ainsi résumé les principales découvertes scientifiques sur le changement climatique. Le document factuel en quatre chapitres prouve que le réchauffement climatique actuel d’environ 1 degré par rapport à l’époque préindustrielle est un fait et que l’activité humaine en est la principale raison.

Malgré 30 ans de politique climatique internationale, de plus en plus de gaz à effet de serre continuent de s’accumuler dans l’atmosphère et d’intensifier le changement climatique – même le Confinement dû à la COVID-19 n’y a rien changé. Ce qu’il faut, ce sont des changements structurels durables et profonds dans tous les domaines de la société – du système énergétique à l’utilisation des sols et aux infrastructures, comme le souligne le rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat sur le réchauffement climatique de 1,5 degré Celsius. Plus ces changements commenceront tard, plus il sera difficile de ralentir le changement climatique et d’éviter des changements irréversibles. Le financement massif qui doit être investi pour faire face à la crise de la COVID-19 est l’occasion de commencer ces changements structurels dès maintenant.

Italie

Étant donné que le système universitaire italien repose essentiellement sur des universités pluridisciplinaires (à la différence, par exemple, du système néerlandais, qui comporte des universités spécialisées dans chaque domaine), les chercheurs des secteurs mentionnés sont présents dans presque toutes les institutions du pays.

Les chercheurs du secteur sont actifs dans différentes associations scientifiques, notamment :

  • Association Italienne d’Ingénierie Agricole (AIIA)
  • L’Association Italienne d’Agrométéorologie (AIAM)
  • Le Chapitre Italien de la Commission Internationale des Irrigations et du Drainage (CIID)
  • Le Groupe Italien d’Hydraulique (GII)
  • La Société Italienne d’Hydrologie (SII)
  • Le Groupe Italien sur l’Irrigation (GRUSI)

Toutes les associations ont organisé des conférences nationales où les problèmes liés à la sécheresse sont considérés comme l’un des principaux sujets.

Les principales conférences académiques traitant de l’irrigation peuvent être considérées :

  • Conférences AIIA et conférences à mi-parcours GII Conférence Nationale sur l’Hydraulique et les Structures Hydrauliques (Convegno Nazionale di Idraulica e Costruzioni Idrauliche)

Espagne

  • Le Plan National d’Adaptation au Changement Climatique (PNACC) 2021-2030 est l’instrument de planification de base pour promouvoir une action coordonnée contre les effets du changement climatique en Espagne. Son principal objectif est d’éviter ou de réduire les dommages actuels et futurs liés au changement climatique et de construire une économie et une société plus résilientes.
  • Le Système de Gouvernance de l’Eau en Espagne est un exemple de la capacité d’adaptation à l’environnement grâce à un système de gouvernance basé sur la planification, la participation publique et le développement et l’innovation technologiques. Le Livre Vert sur la gouvernance de l’eau a été élaboré, dans le but de générer des propositions d’amélioration en collaboration avec les acteurs institutionnels et les parties prenantes.
  • Le Plan Hydrologique National établit la base pour la gestion planifiée des sécheresses à travers les Plans Spéciaux de Sécheresse. Ainsi, afin de minimiser les impacts environnementaux, économiques et sociaux des éventuelles situations de sécheresse, un système global d’indicateurs hydrologiques est établi pour prévoir ces situations et servir de référence générale aux organismes de bassin pour la déclaration formelle d’alerte et d’éventuelles situations de sécheresse.

Projets existants

Belgique

En Flandre, il existe un programme appelé Water-Land-Schap qui vise à résoudre les problèmes d’eau dans les zones rurales en étroite collaboration avec les agriculteurs, les entreprises, les résidents et les responsables de gestion du paysage. L’objectif du programme est de renforcer l’agriculture, d’assurer un approvisionnement durable en eau, de garantir une bonne qualité de l’eau, de collecter l’excès d’eau dans l’environnement bâti et les systèmes naturels et de renforcer le paysage de la région.

Dans le Waasland, situé en Flandre orientale, le projet « Barbierbeek connects » vise à construire des zones tampons le long du Barbierbeek en collaboration avec les agriculteurs et à trouver des solutions à leurs problèmes de gestion de l’eau.

Chypre

Serres MED. L’objectif était d’améliorer les capacités d’éco-innovation des acteurs publics et privés du secteur des serres/de l’agriculture par le biais d’une coopération transnationale plus forte, du transfert de connaissances et de meilleurs réseaux entre les organismes de recherche, les entreprises, les autorités publiques et les sociétés civiles.

ORGANIKO LIFE +. Le projet a une durée de 4 ans (2015-2019). L’objectif du projet était de démontrer les avantages comparatifs de l’agriculture et des produits biologiques par rapport à l’agriculture et aux produits conventionnels en utilisant des indicateurs d’efficacité d’atténuation du changement climatique, de qualité agronomique et environnementale, de réduction/diminution de l’exposition des enfants aux pesticides dans l’alimentation, et de promotion d’une alimentation saine pour une meilleure santé des enfants (ORGANIKO Life, 2015-2019).

Adapt2Change LIFE+. Adapter la production agricole au changement climatique et à l’approvisionnement limité en eau. Le projet a débuté en 2010 avec une durée de 72 mois. Les principaux objectifs étaient de minimiser l’utilisation de l’eau douce pour la production agricole et d’introduire une méthode de recyclage de l’eau dans un système de serre rapprochée..;

ERANETMED- CrITERIA. Destiné à aider les organisations de gestion des ressources en eau et les utilisateurs de l’eau à prendre des décisions face à la pénurie d’eau, au changement climatique et aux eaux polluées.

SWOSOIP. (Smart Watering System for Optimizing Irrigation Process) Système d’arrosage intelligent pour l’optimisation du processus d’irrigation. Le projet de recherche, financé par l’Agence spatiale européenne, concerne la création d’un compteur d’eau intelligent qui recevra des données des satellites pour l’irrigation automatique de certaines cultures et sera piloté dans la zone d’Achelia à Paphos.

La République tchèque

Les grands projets considérés comme tels doivent être mentionnés, mais il existe de nombreux autres projets pertinents axés sur une meilleure gestion de l’eau dans l’agriculture :

  • Méthodologie pour l’évaluation des besoins en humidité des cultures agricoles à des fins d’irrigation. Cette méthodologie décrit la base théorique et fournit des procédures pratiques liées à la détermination des bilans hydriques et à l’optimisation des doses d’irrigation pour les cultures agricoles dans diverses conditions et concernant le changement climatique en République tchèque.
  • Smart landscapeAmálie – le projet de l’Agence technologique de la République tchèque (TA ČR) beta est sponsorisé par le ministère de l’Environnement de la République tchèque et réalisé par le CULS).
  • La gestion générale de l’eau du paysage tchèque – le projet initié par la Chambre agraire (c’est-à-dire par les agriculteurs eux-mêmes), s’est terminé en 2018. Le projet visait à cartographier la menace complète de la République tchèque à la sécheresse (y compris l’identification de 8% des zones les plus menacées). Dans la deuxième phase, une coopération devait être établie avec 4 coopératives agricoles de la République tchèque pour créer 4 fermes modèles, où plusieurs mesures d’adaptation seront planifiées pour prévenir la sécheresse (par exemple, l’irrigation, les cultures, l’agrotechnologie).

Allemagne

  • Le projet modèle – Fermes de “démonstration” pour l’augmentation de l’efficacité de la technologie d’irrigation et de la gestion de l’irrigation dans la production de légumes de plein air a été lancé pour contribuer au développement d’une stratégie durable pour la protection des eaux souterraines et leur utilisation.
  • Projet de Recherche – Développement d’une aide à la décision automatisée pour une irrigation économe et efficace en horticulture et en agriculture dans le but d’optimiser la distribution de l’eau et l’utilisation de l’azote

Italie

  • En Italie, il existe des projets qui se focalisent sur le thème de la gestion de l’eau dans le cadre du programme H2020, tels que H2020 MOSES, H2020 SWAMP, H2020 FATIMA.
  • Mais il existe également des projets axés sur la gestion de l’eau et la sécheresse qui sont mis en œuvre dans le cadre de différents programmes: WATERAGRI, IRRINET – IRRIFRAME, PON – Water4AgriFood, PRIN, HANDYWATER, H2Olivo, IRIDA, ERA-NET, JPI OPERA.
  • Dans la région d’Émilie-Romagne, on trouve les exemples de projets suivants: POR FESR – POSITIF, POR FESR – S30

Espagne

Comme le montre la section « Institutions, niveaux, cours qui abordent la gestion de l’eau », il existe plusieurs projets en cours sur la gestion de l’eau dans l’agriculture, tels que l’Observatoire National des Irrigations, le Centre National des Technologies d’Irrigation (CENTER) ou le Système d’Information Agroclimatique pour l’Irrigation (SIAR).

Prévision du futur

Défis et perspectives de changement pour l’avenir des agriculteurs

L’agriculteur a un rôle bien plus important que celui qui lui est attribué dans la lutte contre la sécheresse. Les principaux défis pour les agriculteurs est le suivant:

  1. Être capable de retenir l’eau sur les terres agricoles lors de pluies torrentielles. Aujourd’hui, cette collision et ses conséquences sont appelées « force majeure », mais le principe et le fait est qu’il manque de petites mesures techniques sur les terres agricoles pour retenir l’eau de ruissellement et surtout pour comprendre l’infiltration de l’eau dans le sol et les structures hydrogéologiques.
  2. L’agriculteur doit comprendre pourquoi de telles mesures doivent être prises. Cette eau de pluie, qui n’a pas encore été retenue, pose ensuite des problèmes d’érosion. Jusqu’à présent, les principales mesures de retention de l’eau ne sont conçues que sur une base volontaire et mises en œuvre à petite échelle.
  3. Être capable de retenir l’eau pour les périodes de sécheresse à l’aide d’un système de réservoirs de stockage et de les exploiter et utiliser principalement pour l’irrigation.
  4. Apprendre à faire fonctionner l’irrigation selon les connaissances scientifiques. L’irrigation complémentaire signifie que l’irrigation est fournie uniquement en fonction de la quantité de précipitations au cours de l’année et du stade de végétation des cultures cultivées.

Conclusion

Les agriculteurs sont confrontés à des défis liés au changement climatique. Il peut y avoir des aspects positifs comme le revers de la médaille, mais les problèmes semblent avoir beaucoup plus de poids.

Le changement climatique entraîne un risque croissant de pertes de rendement dues à la sécheresse ou à des événements extrêmes tels que les tempêtes, les fortes pluies, la grêle et les inondations.

De plus en plus, à l’avenir, la sécheresse pourrait être la cause de troubles sociaux et d’instabilité politique, si elle n’est pas traitée correctement, en plus d’apporter de graves problèmes économiques aux communautés rurales, mais pas seulement à celles-ci.

Dans le cadre d’un scénario climatique prévoyant une augmentation de la température jusqu’à 3 °C d’ici 2100, on estime que les pertes économiques liées à la sécheresse pourraient être 5 fois plus élevées qu’actuellement (Cammalleri et al., 2020). Si l’on considère les pertes de services écosystémiques, difficiles à monétiser, les pertes pourraient augmenter encore plus.

En résumé, on peut affirmer qu’un défi majeur pour l’État et les agriculteurs sera de comparer les coûts et les avantages des fonctions productives (rendement des cultures) et non productives du paysage (qualité du sol, eau, sécheresse, inondations), notamment dans une perspective à long terme. Si le paysage doit produire (matières premières, aliments, énergie, bois…), il doit aussi garantir des fonctions non productives – biodiversité, protection des sols, protection de l’eau ou fonction de résistance à la sécheresse. À l’heure où la pression unilatérale ne porte que sur la production, l’état des sols, de la végétation et de l’approvisionnement en eau n’est pas durable. Cependant, il n’est même pas possible de se concentrer unilatéralement sur les seules fonctions non productives, car nous perdrions alors la compétitivité de l’agriculture.

Privacy Policy

At AGRIWATER we take the protection of your personal data very seriously. Our purpose is to protect the privacy of the data you provide us and to comply with the current regulations on the protection of personal data.

In compliance with the Act 3/2018 of 5 December on the Protection of Personal Data and Guarantee of Digital Rights transposing Regulation (EU) 2016/679, we inform you of the following information about our privacy and data protection policy:

Who the controller of the processing of your data?

The organization responsible of your data is Asociace soukromeho zemedelstvi Ceske republiky, ID E10133738. This is a non-governmental organization located in Prague, Czech Republic.

Address
Samcova 1177/1
11000
Praha 1

Telephone
+420266710413
+420266710414

Email contact
marketa.sandova@asz.cz

What is the purpose of the treatment?
  • To respond to requests, complaints and incidents transferred through our contact channels incorporated in the website.
  • To understand the behaviour of the navigator within the web in order to detect possible computer attacks on our web.
  • Comply with legal obligations that are directly applicable to us and regulate our activity.
  • To protect and exercise our rights or to respond to complaints of any kind.
  • Submission of newsletters regarding the goods or services that make up the activity of the responsible person or news related to his activity.

 

What is the legal base of the treatment?

The legal basis for the treatment of your data is the consent of the data subject under article 6.1 a) of the Regulation, as well as the legitimate interest of the data controller under article 6.1 f) of the Regulation.

The data we request from you are adequate, relevant and strictly necessary and in no case are you obliged to provide them to us, but their non-communication may affect the purpose of the service or the impossibility of providing it.

For how long do we keep your data?

Your data will be kept for the time required for the proper provision of the service offered, as well as to meet the responsibilities that may arise from it and any other legal requirement.

Which recipients will receive your data?

In the course of processing your data, Asociace soukromeho zemedelstvi Ceske republiky may share your data with:

On Projects Advising SL, as web management and maintenance service providers.

What are my rights?
  • Right of access: the right to obtain confirmation of whether personal data is being processed, as well as the right of access to such data.
  • Right to rectification of personal data.
  • Right to erasure
  • Right to limitation of processing
  • Right to data portability
  • Right to object: the right to object to data being processed.

The controller retains the right to restrict the rights set forth in Article 23 of the EU Regulation, if such restriction is provided to safeguard, in particular fundamental rights and freedoms and is a necessary and proportionate measure.

Where can I make a complaint?

If any interested party considers that their data are not being treated correctly, they can send their complaints to the following e-mail address; kristyna.strnadova@asz.cz, Asociace soukromeho zemedelstvi Ceske republiky.

The data subject declares to have acquired all this information.

Cookies Policy

What are cookies?

A cookie is a file that is downloaded and executed on your computer, phone, or mobile device when you access certain web pages. Cookies allow a website, among other things, to store and retrieve information about user’s browsing habits and recognize the user depending on the information they contain and the way they use their computer.

Cookies do not harm your computer and are necessary to facilitate navigation.

What are cookies used for on our website?

Cookies are necessary for our website to work properly. The purpose of our cookies is to improve the user’s browsing experience. They can be used to remember your preferences (language, country, etc.) during navigation and on future visits.

The information collected in the Cookies also allows us to improve the website and adapt it to the individual interests of users, speed up searches, etc.

What types of cookies does our website use?

Analysis Cookies: These, if they are used properly by us or by third parties, allow us to quantify the number of users and thus perform the measurement and statistical analysis regarding the users’ usage of our service.

Advertising Cookies: These, if they are used properly by us or by third parties, allow us to manage as effectively as possible the supply of advertising space on the website, adapting the content of the advertisement to the content of the service requested or to the use you make of our website.

What we will NOT use cookies for

Our cookies do not store information about your personal identification, address, password, credit or debit card details, etc.

Who uses the information contained in these cookies?

The information stored in the website’s cookies is used exclusively by us, apart from those identified below as « third party cookies », which are used and managed by external entities to provide us with services to improve our own services and the user’s experience when browsing our website.

Third party cookies are mainly used to obtain statistics and to guarantee the payment operations are carried out.

Can I prevent cookies from being used?

Yes, firstly, you must disable cookies in your browser and, secondly, delete the cookies stored in your browser associated with this website.

You can restrict, block, or delete cookies from this website at any time by modifying your browser settings. This setting is different for each browser. For more details on the configuration of cookies in your browser, please consult your browser’s « Help » menu.

It is possible that some of the website’s features may no longer work if you disable cookies.

List of cookies that our website uses
Technical and customization cookies

These Cookies are used to identify the user during the session, prevent the user from having to repeat authentication processes on the website, speed up some website processes, remember selections made during the session or on subsequent accesses, remember pages already visited, etc.

COOKIES

PURPOSE

DURATION

MANAGEMENT

User identification

They are used to identify and authenticate the user. They also contain technical data from the user session, such as connection timeout, session identifier, etc.

Session

AGRIWATER

Session identification

They identify the user’s http session. They are common in all web applications to identify requests from a user’s session.

Session

AGRIWATER

Navigation status

They help identify the user’s browsing status (login, first page, first access, scroll status, voting status, etc.).

Session

AGRIWATER

Navigation analysis cookies

These Cookies obtain generic information about users’ accesses to the website (not the content of the same) to subsequently provide us with information about these accesses for statistical purposes.

COOKIES

PURPOSE

DURATION

MANAGEMENT

Google Analytics (__utma, __utmb, __utmc, __utmd, __utmv, __utmz, _ga…)

They allow website statistic’s tracking through the Google Analytics tool, which is a service provided by Google to obtain information about user access to websites. Some of the data stored is: number of times a user visits the website, dates of the user’s first and last visit, duration of visits, from which page the user accessed the website, which search engine was used or which link was clicked, from which part of the world the user accessed the website, etc. The information generated by the cookie about your use of the website will be directly transmitted and stored by Google Inc (a company located in United States). The configuration of these cookies is predetermined by the service offered by Google, so we suggest you consult the Google Analytics privacy page, for more information on the cookies it uses and how to disable them (keep in mind that we are not responsible for the content and accuracy of third-party websites).

Persistent

Third Parties

Politique de confidentialité

Chez AGRIWATER, nous prenons très au sérieux la protection de vos données personnelles. Notre objectif est de protéger la confidentialité des données que vous nous fournissez et de nous conformer à la réglementation en vigueur en matière de protection des données personnelles.

Conformément à la loi 3/2018 du 5 décembre sur la protection des données personnelles et la garantie des droits numériques transposant le règlement (UE) 2016/679, nous vous informons des informations suivantes sur notre politique de confidentialité et de protection des données :

Qui est le responsable du traitement de vos données ?

L’organisation responsable de vos données est Asociace soukromeho zemedelstvi Ceske republiky, ID E10133738. Il s’agit d’une organisation non gouvernementale située à Prague, en République tchèque.

Adresse
Samcova 1177/1
11000
Praha 1

Téléphone
+420266710413
+420266710414

Contact par mail
marketa.sandova@asz.cz

Quel est l'objectif du traitement ?
  • Répondre aux demandes, plaintes et incidents transmis par le biais de nos canaux de contact incorporés dans le site web.
  • Comprendre le comportement du navigateur dans le web afin de détecter d’éventuelles attaques informatiques sur notre web.
  • Respecter les obligations légales qui nous sont directement applicables et qui réglementent notre activité.
  • Protéger et exercer nos droits ou répondre à des plaintes de toute nature.
  • Envoi de bulletins d’information concernant les biens ou services qui composent l’activité du responsable ou des nouvelles liées à son activité.

 

Quelle est la base juridique du traitement ?

La base juridique du traitement de vos données est le consentement de la personne concernée en vertu de l’article 6.1 a) du règlement, ainsi que l’intérêt légitime du responsable du traitement en vertu de l’article 6.1 f) du règlement.

Les données que nous vous demandons sont adéquates, pertinentes et strictement nécessaires et en aucun cas vous n’êtes obligé de nous les fournir, mais leur non-communication peut affecter la finalité du service ou l’impossibilité de le fournir.

Pendant combien de temps conservons-nous vos données ?

Vos données seront conservées pendant la durée nécessaire à la bonne prestation du service offert, ainsi que pour faire face aux responsabilités qui peuvent en découler et à toute autre exigence légale.

Quels sont les destinataires qui recevront vos données ?

Dans le cadre du traitement de vos données, Asociace soukromeho zemedelstvi Ceske republiky peut partager vos données avec :

On Projects Advising SL, en tant que prestataires de services de gestion et de maintenance de sites web.

Quels sont mes droits ?
  • Droit d’accès : le droit d’obtenir la confirmation que des données personnelles sont traitées, ainsi que le droit d’accès à ces données.
  • Droit de rectification des données personnelles.
  • Droit à l’effacement
  • Droit à la limitation du traitement
  • Droit à la portabilité des données
  • Droit d’opposition : le droit de s’opposer au traitement des données.

Le responsable du traitement conserve le droit de restreindre les droits énoncés à l’article 23 du règlement de l’UE, si cette restriction est prévue pour sauvegarder, en particulier, les droits et libertés fondamentaux et constitue une mesure nécessaire et proportionnée.

Où puis-je déposer une plainte ?

Si une partie intéressée estime que ses données ne sont pas traitées correctement, elle peut envoyer ses plaintes à l’adresse électronique suivante : kristyna.strnadova@asz.cz, Asociace soukromeho zemedelstvi Ceske republiky.

La personne concernée déclare avoir acquis toutes ces informations.